Compte rendu de la commémoration du 11 novembre à Roubia

Une commémoration solennelle, avec un public nombreux et recueilli.

La cérémonie débute par un dépôt de bouquet sur les tombes des 3 « poilus » enterrés au cimetière de la commune :

-Gaston Avéza

-Joseph-Henri Tarbouriech

-Léon Abel Vieu

nov2014 069nov2014 073nov2014 071

Puis la cérémonie se poursuit au monument aux morts

nov2014 079

Une plaque commémorative est déposée en hommage aux 19 morts pour la France pour ce centenaire

nov2014 083

 

En plus du discours officiel, un discours sur le sens de la commémoration et de l’hommage aux morts est prononcé « depuis 1945, les cérémonies du 11 novembre sont mises au service de la mémoire, de la paix et progressivement à celui de la réinsertion dans la Nation de ceux que la mémoire avait exclus, montrant que si ces soldats morts furent unis dans une communauté de destin, ils n’en formaient pas moins un corps social hétérogène unis par des valeurs au nom desquelles ils consentirent à se sacrifier pour donner tout son sens à la Nation ».

Plus un message à l’adresse de la jeunesse : « On a coutume d’appeler les soldats tombés pendant la guerre des enfants : enfants de la France, enfants de la République, enfants de Roubia…Non seulement, parce qu’ils étaient français, fils de la Nation, mais également car ils étaient jeunes, trop jeunes pour mourir.

Churchill disait : « Un peuple qui oublie son passé se condamne à la revivre ». Aujourd’hui, c’est à cette jeunesse, à nos enfants que l’on se doit de transmettre cette mémoire. Transmettre, raconter, élever, enseigner : c’est bien d’éducation qu’il est question.

L’éducation, c’est ce qui fait la force ou bien la faiblesse d’une société. D’autant plus dans un monde contemporain qui, de nos jours, se caractérise par l’individualisme, la perte de valeurs communes, la violence parfois, l’instantanéité, l’omniprésence du présent.

Alors bien sûr, il y a l’Ecole et son éducation nationale (et nous remercions Mme Autié pour sa présence), mais c’est le rôle de chaque adulte que de léguer aux jeunes ces valeurs universelles.

La guerre est toujours une barbarie. Et je finirai par cette citation d’un philosophe, Olivier Reboul : « L’éducation, c’est ce qui permet à tout enfant humain d’accéder à la culture, l’accès à la culture étant ce qui distingue l’Homme de l’animal ». K. Idjellidainenov2014 086L’exposition sur la 1ere guerre mondiale visible à la bibliothèque pendant les heures d’ouverture

La cérémonie se poursuit par l’hommage individuel  aux morts, avec à l’appel de leur nom des précisions sur leur régiment, leur âge, la date et le lieu de leur décès.

Elle se termine par le chant de la Marseillaise repris « a capella » par tous les participants, invités à partager un vin d’honneur.

nov2014 087